Skip to content

accusé de racisme et de misogynie, le propriétaire des Phoenix Suns Robert Sarver, va mettre en vente la franchise

  • by

Dans une scenario intentable, Robert Sarver, dont le départ est réclamé par de nombreuses voix jugeant insuffisante sa suspension d’un an par la NBA pour comportements racistes et misogynes, va vendre la franchise des Phoenix Suns, qui ne manquera pas de candidats à sa reprise. Sous pression de toutes parts-joueurs, officiels, dirigeants, partenaires-à moins d’un mois du début de la saison, Sarver a functions par céder, non sans exprimer son amertume of him dans un communiqué publié mercredi.

Des mots que je regrette depth éclipsent à prés de deux décennies de building d’une group qui a rassemblé les gens – et renforcé la région de Phoenix – grâce au pouvoir unificateur du basket“, a d’abord déploré the futur-ex house owners of a franchise right here together with the group féminine du Mercury évoluant en WNBA.

Je m’attendais à ce que la suspension d’un an me ladies le temps de faire amende honorable et d’éloigner la controversial (…) Mais dans le climat impitoyable qui règne actuellement, il est devenu clair que ce n’est plus doable, que tout le bien que j’ai fait, ou que je pourrais encore faire, est dépassé par des choses que j’ai dites par le passé“, at-il poursuivi.”Pour ces raisons, j’ai entamé le processus de recherche d’acheteurs pour les Suns et le Mercury“, at-il conclu.

Sarver a été accusé de comportements racistes, misogynes et sexistes dans une enquête diffusée in November 2021, menée par le géant des medias sports activities ESPN, étayée par les témoignages de plus de 70 employés de la franchise.

Mandatée après coup par the NBA, a fee d’enquête indépendante a établi que le dirigeant avait “clairement enfreint“les règles de bonne conduite. Il avait notamment prononcé au moins cinq fois le mot” nè *** “, mais aussi dit à l’une de ses employées, alors enceinte, qu’elle ne pourrait plus faire son travail correctement si elle devenait mère. Il lui est aussi reproché d’avoir eu une angle related du harcèlement, d’consumer d’un langage sexuellement connoté et d’avoir dit des “mots ne tenant pas compte des sensibilités raciales“, selon les conclusions.

A soulagement généralisé prédomine après la décision prize par Sarver. Des employés de la franchise, d’abord. “On peut avancer sans la peine et anxiété arouses par son management“, to confié one d’entre-eux à ESPN. Du groupe Suns Legacy Companions, ensuite, qui gère les deux équipes, pour qui cette décision était”dans le meilleur intérêt de l’organisation“. Et de saluer”le braveness des personnes qui se sont manifestées“avec lesquelles”the reste du travail à faire et des relations à reconstruire“.

De la NBA, enfin, et de son patron Adam Silver, sous le feu des critiques en raison de sa sanction prize, jugée insuffisante, he qui n’avait pas hésité en 2014 à bannir à vie Donald Sterling, the ancien propriétaire des Los Angeles Clippers, après the publication d’enregistrements privés dans lesquels ce dernier tenait des propos racistes. The avait ensuite dû vendre sa franchise et verser une amende de 2,5 hundreds of thousands de {dollars}. “Je soutiens pleinement la décision de Robert Sarver de vendre les Suns et le Mercury. C’est la prochaine étape qui convient pour le membership et la communauté“, at-il laconiquement réagi.

Sarver avait fait the acquisition of the franchise de Phoenix in 2004 pour 401 million de {dollars}, en tant qu’actionnaire principal, à hauteur de 30%. Celle-ci est aujourd’hui valorisée à 1.92 billion {dollars} for the sporting medium spécialisé, right here the category au 18e rang des 30 golf equipment composing the NBA. Et son attractivité ne fait guère de doute aux yeux de nombreux observateurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published.