Skip to content

Argentina boycotte son soccer / Mondial 2022 / Gr. C / Argentina-Saudi Arabia (1-2) / SOFOOT.com

  • by

Annoncée comme l’un des principaux favoris de cette Coupe du monde, l’Albicelestial s’est vautrée pour son entrée en lice face au Petit Poucet saoudien. Une efficiency timide, two buts magnifiques granted au retour des vestiaires et une révolte qui n’est jamais arrivée. La obscure bleu ciel et blanc qui a déferlé sur le Qatar menace déjà de se briser.

Le 2 juillet 2019 à Belo Horizonte, l’Argentine de Leo Messi cédait face au Brésil en demi-finales de la Copa América, échouant une nouvelle fois dans sa quête d’un premier trophée depuis 1993. Trois ans et demi plus tard, Lionel Scaloni s’est fait un nom sur le banc de la sélection, et Lionel Messi est enfin devenu prophète en son pays au fil d’une série de 36 rencontres sans défaites, dont le level culminant restera cette victoire continental l’été dernier. Une serie qui a pris fin au second où les Argentins s’y attendaient le moins : pour leur premier match d’un Mondial qu’ils abordaient comme l’un des candidates majeurs à la victoire finale. Pourtant bien lancés, Leandro Paredes et consorts se sont heurtés au réalisme saoudien, incapables de renverser le cours des événements.

Messi : un penalty et puis plus rien

The ancien milieu parisien avait pourtant mis son équipe sur les meilleurs rails en allant chercher un penalty rapide pour permettre à Lionel Messi d’entamer sa compétition avec le sourire. Forty minutes later, au second de rallier les vestiaires, rien ne laissait présager de ce qui allait se produire : le septuple Ballon d’or et Lautaro Martínez, à deux reprises, s’étaient tour à tour vu refuser le break sur hors-jeu, quand la bande d’Hervé Renard était restée bien muette. Une incapacité à se mettre à l’abri payée très cher à l’arrivée.

After which, after the reprise, les Faucons renverset the desk within the house of 4 minutes, portés notamment par un however chic d’Al-Dawsari. Pendant près d’une mi-temps, theAlbicelestial va alors se casser les dents sur l’arrière-garde saoudienne, imperturbable, sous les regards de plus en plus inquiets de milliers de supporters bleu ciel et blanc dépités. « Nous nous sommes trompés en seconde périodene pouvait que constater Lautaro Martínez à la télévision argentina au coup de sifflet closing. Nous avons perdu le match sur nos erreurs. » Si solide et composée de joueurs guère habitués à baisser les bras, the Scaloneta n’est jamais parvenue à se révolter, within the sillage of a Lionel Messi comparatively peu en vue. Résultat : pour la première fois depuis 1958 face à la RFA, l’équipe sud-américaine s’est vue contractente de s’incliner après avoir ouvert le rating dans un match de Coupe du monde.

Souviens-toi 2018

Il ya quatre ans en Russie, c’est également par une contre-performance inattendue (un nul contre l’Islande) que les Argentins avaient commencé une aventure achevée dès les huitièmes de finale face à la fury blue. Une rencontre disputée un jour de France-Australie, tiens tiens. Ce jour-là, Lionel Messi avait échoué depuis le level de penalty, et son équipe di lui n’avait jamais réussi à peser dans le tournoi, battant le Nigeria devant un Diego Maradona déchaîné, avant d’être balayée par la Croatie et la France, les deux futurs finalists.
Les Argentins ont désormais 4 jours pour redresser la tête et éviter à tout prix que la dernière danse de la Pulga et d’Ángel Di María, entre autres, ne tourne au fiasco. Samedi soir face au Mexique – un adversaire jamais facile à manœuvrer dans le tournoi –, les champions d’Amérique du Sud joueront déjà leur survie. La survie d’un rêve qui animates le pays depuis de longs mois: voir enfin Lionel Messi soulever le trophée Jules Rimet, ce qui constituerait une marque supplémentaire dans sa quête d’éternité di lui. Et cette fois, l’idole du peuple ne sera pas en tribunes pour assurer le spectacle. Tout l’enjeu sera de savoir si un successoeur pourra encore se révéler à l’situation de ce tournoi de la dernière likelihood pour tant de grands noms du ballon rond.

Par Tom Binet

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *