Skip to content

ASM Rugby

  • by

Aujourd’hui, à 16h25, lorsque la délégation tricolore a pris son envol de l’Aéroport Paris Charles-de-Gaulle within the course of the New Zealand-Zélande pour disputer la Coupe du Monde, Jessy Trémoulière a validé un premier objectif: «faire partie of the record “. Mais pour cette formidable championne, determine emblématique du Rugby féminin depuis une dizaine d’années, les objectifs vont bien au-delà d’un easy billet aller-retour between the Auvergne and Auckland.

Troublesome pour Jessy de mettre des mots sur ce que représente cette Coupe du Monde dans le pays du Rugby the place she is able to put the pieds en firms of 31 Bleues en mission pour ramener le titre mondial. ” Cela représente beaucoup de choses. J’ai eu la probability de mesurer la place de notre sport en Nouvelle-Zélande, lorsque j’étais sur le circuit à 7. La tradition est très différente, la ardour est partout. Quand j’ai su que la Coupe du Monde était là-bas, je me suis dit que je devais tout faire pour y retourner… »C’était il ya 5 ans, Jessy avait vécu un drôle (dans le mauvais sens du terme) “D’ascenseur émotionnel”. Blessée à une hanche, elle avait couru après le temps pour intégrer la preparation de la Coupe du Monde 2017. “J’avais fait beaucoup d’efforts pour rattraper tout le monde … et finalement, au dernier second, j’ai appris que je n’étais pas dans la Lista des 32.” C’était trop juste, la déception fut énorme pour cells qui sera élue l’année suivante «Meilleure joueuse du Monde» for World Rugby (première et seule française à ce jour à décrocher ce titre honorifique). The frustration devient rapidement motivation. “Cet objectif, je l’ai depuis 5 ans! Depuis 5 ans, je travaille et je m’entraîne pour cette competitors, pour me donner les moyens d’aller chercher ce titre de championne du monde. “ Et qu’importe s’il a fallu attendre une année de plus en raison du report de la competitors après l’épidémie de Covid, the arrière auvergnate en rigole … «Je me suis dit: Punaise: Une année de plus! J’espère que je serai encore en forme mais j’ai l’impression que c’est plutôt le cas alors je n’ai qu’une hâte: être dans avion! “ C’est le cas! En ce second même, the tricolor délégation fait le lengthy voyage vers l’hémisphère sud, des rêves plein la tête. Des rêves? Pas vraiment, ce sont plutôt des ambitions que les Tricolores amènent dans leurs bagages au bout du monde. «Nous partons avec une équipe rajeunie maize toutes les filles sont dans le groupe depuis le debut de la saison. Nous avons des forces partout, dans toutes les lignes, de gros gabarits, des possibilités de mettre du jeu au pied, de la vitesse …. Nous avons toutes les armes pour aller chercher quelque selected sur cette Coupe du Monde. Que ce soit sous la pluie ou en plein soleil, nous aurons une équipe complète et compétitive. “ Les Filles ne se cachent pas, comme elles ne se laissent pas aveugler derrière les bons résultats de cette saison, persuadées qu’il faudra encore plus. “Oui, nous avons battu les Blacks, les Sud-Africaines et perdu seulement un match du Tournoi mais le rendu a bien souvent été en dessous de nos attententes sur le contiu, comme ce fut le cas lors des deux matches de préparation face aux Italiennes “reconnait Jessy dans une exigence bien à elle. «Nous serons parmi les trois meilleures équipes de la competitors, nous ferons partie des favorites mais nous sommes capables de tout, du très bon comme du pire. A nous de take notre destin en mains. ” Le style de discours fédérateurs que cette merveilleuse compétitrice distilera en intern tout au lengthy de la compétition, forte de ses 11 ans d’expérience avec le groupe France qu’elle a découvert in 2011.

«Je n’aime pas trop parler de sacrifices. Ce sont des choix que j’ai faits et qui me perment de m’épanouir totalment. “

Une longévité exceptionnelle sur laquelle elle n’aime pas vraiment revenir prétextant a mélange d’humility et de pudeur propre aux gens de la terre dont elle fait partie. “C’est parfois un peu difficile de regarder derrière”, confie-t-elle pourtant. Cette longévité, Jessy la mesure avec les roulements du groupe. “En passant à 32 joueuses, deux« anciennes “avec qui j’ai partagé beaucoup de choses, ont quitté le groupe (NDLR: Caroline Boujard, 46 sélections et Audrey Forlani, 56 sélections). Cela m’a vraiment impacté, ma je sais que cela fait aussi partie de la vie et de la réalité du Rugby avec des filles qui arrivent d’autres qui partent. Je suis là depuis longtemps, nous avons construit beaucoup de choses avec les anciennes, c’est regular d’être touchée en voyant partir des copines. ” Jessy, elle, est toujours là, son jeu au pied distinctive et sa imaginative and prescient du Rugby sont encore et toujours des armes redoutables au service de la nation. Entrée en jeu lors du dernier match de preparation face à l’Italie, elle a, en deux coups de pied gigantesques (dont un magnifique 50/22 que beaucoup de joueurs de High 14 aurait pu lui envier) et une attaque de ligne, inversé la pression pour redonner confiance aux siennes. A arrrière ou à l’ouverture (où elle a alterné ces derniers temps) elle sera un socle sûr de ce XV de France Féminin succesful d’apporter et de diffuser toute son expérience of her with a sure ambition. ” L’objectif est de finir premières de la Poule automobile conceals nous permrait d’avoir un tirage plus simple lors des ¼ (NDLR: en confrontant un troisième de poule). The thought is to make the Coupe du Monde the simple plus attainable and to take the confiance face aux Anglaises. Sure on arrive à les tenir cela peut nous mettre dans de bonnes circumstances sure nous sommes amenées à les retrouver. In a premier temps, the faudra beat the Afrique du Sud et les Fidji qui sont largement à notre portée et nous verrons ensuite de quoi nous sommes capables. ”

«Se lever en pleine nuit pour le match et enchaîner la traite: ça va être compliqué pour mon papa et mon frère! “

Désolé nous ne trouvons pas the image

La détermination transpire de cette championne qui partage son temps entre le rugby et son exploitation agricultural où avec l’aide de son père, Serge, et de son frère, Amaury, elle s’occupe de 180 bêtes dont 50 vaches laitières sur 280 hectares, conciliant between ses obligations professionnelles et la vie de sport de haut niveau depuis plus de 10 ans à aide d’une group millimétrée et de sacrifices qui imposent le respect. “Je n’aime pas trop parler de sacrifices”grimace Jessy. «Ce sont des choix que j’ai fait et qui me perment de m’épanouir totalment. Au quotidien, je girls tout pour prétendre à cette équipe de France depuis maintenant près de 12 ans. Je sais qu’il a plus d’années derrière moi que devant, alors je n’ai pas envie de m’oublier. J’ai bien the intention de profiter de mon aventure. Mon rôle sera d’apporter de l’expérience aux filles autant que je peux, mais je dois additionally trouver the bon équilibre pour vivre cette expérience à fond. “ L’équilibre sera plus difficile à trouver vers Barlières à quelques kilomètres de Brioude où la ferme familiale comptera deux bras de moins pour assurer la traite des 50 Prim’Holstein, cultiver les 70 hectares de terre céréalière ou simplement entretenir les 200 hectares restants dédiés à la pâture des 180 bêtes que compte le troupeau. «Je vais, bien sûr, suivre à distance l’évolution de notre élevage, mais il est sure qu’il va manquer une personne. Je sais que mon papa et mon frère vont assurer et redoubler de travail à la ferme pour entretenir ce que nous avons construit, poursuivre le croisement de nos Prim’Hosltein pour continuer d’emmener de la rusticité, du gabarit et deauthenticité à notre élevage. C’est aussi pour cela que ça me tient à cœur de faire un bon résultat en Nouvelle-Zélande automobile je sais qu’ils font, tous les deux, beaucoup d’efforts pour que je sois dans les meilleures circumstances possibles pour disputer cette Coupe du Monde “. Même si elle ne le dit pas, Jessy sait ce qu’elle leur doit, et ce terme “sacrifices” qu’elle n’aime pas s’appliquer avec la tenue de Rugbywoman convient parfaitement à ceux qui travaillent la terre, les bêtes et les champs. Parmi ceux-ci, the immuable ceremony du lever à l’Aube pour the première traite de la journée où défilent les 50 vaches laitières de la famille. An agricultural réveil que les exploitants laitiers connaissent bien et qu’il faudra encore avancer à Barlières dans quelques jours puisque le premier match des Bleues est scheduled à 3h15 du matin (le 8 octobre face à l’Afrique du Sud, sur TF1). “Se lever en pleine nuit et enchaîner la traite ça va être compliqué”, notes Jessy «Mais je suis certainine qu’ils vont trouver une resolution pour regarder les matches. “

Serge et Amaury ne rateraient cela pour rien au monde. Within the familial agricultural exploitation right here replied au doux nom de la GAEC “des pensées”, toutes seront tournées vers le pays du lengthy nuage blanc lors des 7 prochaines semaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published.