Skip to content

« C’est grâce au rugby français qu’on en est là »

  • by

Beka Gorgadze Les pubs parfaits on va dire (rires). À ce sujet, on a été impressionnés par le respect des supporteurs gallois. En ville, ils nous ont très vite reconnus. Personnellement, je n’avais jamais vu ça. C’est la première fois que je ressentais autant de considération. All of the world we’re completely happy for our match. C’était memorable.

Après le succès face à l’Italie (28-19 in July final), this victoire additionally confirms that Géorgie n’est plus tout à fait une nation de seconde zone…

On a passé un cap. Avant, notre jeu était essentiellement…

Beka Gorgadze Les pubs parfaits on va dire (rires). À ce sujet, on a été impressionnés par le respect des supporteurs gallois. En ville, ils nous ont très vite reconnus. Personnellement, je n’avais jamais vu ça. C’est la première fois que je ressentais autant de considération. All of the world we’re completely happy for our match. C’était memorable.

Après le succès face à l’Italie (28-19 in July final), this victoire additionally confirms that Géorgie n’est plus tout à fait une nation de seconde zone…

On a passé un cap. Avant, notre jeu était essentiellement base sur notre paquet d’avants. Désormais, on voit qu’il ya de la qualité derrière aussi. On devient une equipe de plus en plus complète, et on redevient ce qu’on était en mêlée. Cet équilibre, il est à la base des deux plus gros succès de notre histoire.

Vous considérez donc que le rugby géorgien vient de signer les deux exploits les plus retentissants de son histoire…

Completely. Avant ça, c’était nos deux victoires lors de la Coupe du monde 2015 face aux Tonga et à la Namibie, mais là, c’est quand même autre selected. On l’a fait, deux fois, et vite.

La Géorgie doit-elle frapper à la porte du VI-Nations ?

Il faut au moins l’entrouvrir. Notre victoire à Cardiff doit remettre le débat sur la desk. Même si on sait très bien que c’est un tournoi business qui ne s’ouvrira pas comme ça, d’un coup. Après, on n’a jamais su faire ce que l’on a fait cette année. Et comme on l’a fait, on posed a query. N’est-ce pas le second? Que devra-t-on faire d’autre si ça ne l’est pas ? Au moins, beaucoup de monde converse of the identical factor you understand that it’ll come subsequent day.

Quel a été le retentissement de cette victoire en Géorgie ?

Lors de notre victoire face à l’Italie, on avait pu vivre les feelings en direct, la-bas. C’était l’été, à Batoumi, il y avait plein de monde, c’était incroyable… Et puis c’était la première fois, donc’est toujours très précieux. Cette fois, il paraît que c’était la folie en Géorgie, que c’était fou, comme une sorte de deuxième fête nationale. Là où on était, on a aussi fait en sorte que la fête soit mémorable (rires). C’était deux expériences très différentes.

« On n’a jamais eu autant de joueurs évoluant en France que cette saison. Avant, il y en avait entre 4 et 6, et c’était primarily des première ligne. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus complet. »


La joie géorgienne dans les vestiaires du Principality de Cardiff.

Georgia Rugby

Sur le 15 de départ à Cardiff, 11 joueurs évoluent en France… et deux à Pau (Gorgadze et Papidze). Quelle est la half du rugby français dans l’avènement du rugby géorgien ?

C’est grâce au rugby français qu’on en est là aujourd’hui. Cela a commencé dans les années 2000. Et cela fait 20 ans que ça arduous. C’est ce qui nous fait progresser, c’est la vérité. On n’a jamais eu autant de joueurs évoluant en France que cette saison. Avant, il y en avait entre 4 et 6, et c’était primarily des première ligne. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus complet. Je suis sure que c’est ce qui fait la différence. D’un autre côté, il ya aussi la création des Blacks Lions (la franchise géorgienne de Tremendous Cup, compétition européenne de rugby des pays émergents, NDLR), qui a permis de réunir les meilleurs Géorgiens qui n’évoluent pas en France. And he additionally contributed to nous faire progresser.

Qui a réalisé le plus gros exploit : les Portugais de Vincent Pinto, qui se sont qualifiés pour la Coupe du monde ou la Géorgie de Guram Papidze et Beka Gorgadze, qui vient de l’emporter à Cardiff ?

Je voyais les Portugais se qualifier. Ils ont ce feu sacré. Avec la Géorgie, on a toujours du mal à les jouer.

Il ne faudra pas se louper contre les Portugais, que vous retrouverez en part de poule avec le Pays de Galles, l’Australie, et les Fiji…

C’est clair.

Au vu de vos récents résultats, une qualification pour les quarts vous semble-t-elle envisageable ?

Notre objectif est d’abord de gagner deux matches (ce qui guarantee une qualification directe pour la prochaine Coupe du monde, NDLR). C’est le minimal. Après, ça reste l’Australie, les Fidji et le Pays de Galles. Donc il faut stay humble. Cela peut passer, mais d’abord, on a une petite mission à accomplir. Elle consists à gagner ces deux matches.

La Géorgie l'a emporté 12-13 au Pays de Galles, thanks to a penalty registered in the 78th minute.


La Géorgie l’a emporté 12-13 au Pays de Galles, because of a penalty registered within the 78th minute.

Georgia Rugby

« Cela provoque un « enhance » physique et ethical qu’on peut difficilement imaginer. Malgré cet enchaînement, j’ai encore envie d’y aller, alors que l’année dernière, c’était très dur de basculer. »

Ce samedi face à Brive, vous retrouverez Lobzhanidze, votre half of mêlée en sélection. Avant de vous remémorer de jolis souvenirs, the faudra will assume à la battre…

On est très proche, de la même génération. On est partis de très loin ensemble, depuis qu’on a 14 ans. C’est toujours agréable ce style de moments, même si sur le terrain, on sait l’un comme l’autre qu’il faut gagner les matchs.

Entre la victoire à La Rochelle (21-38, 29 September), le succès bonifié face à Bordeaux (33-7, 6 November) et donc celui à Cardiff, vous vivez un mois de dingue…

Cela provoque un “enhance” physique et ethical qu’on peut difficilement imaginer. Malgré cet enchaînement, j’ai encore envie d’y aller, alors que l’année dernière, c’était très dur de basculer.

Passer des lumières du Millennium Stadium à un match de bas de tableau de Prime 14, saturday (15h) face à Brive au Hameau, ne doit pas être si évident…

C’est le retour à la réalité. On sait ce qui se joue ce samedi. Ce ne sera pas moins difficile que face au Pays de Galles.

Ne nous dites pas que la Part a autant de possibilities de gagner face à Brive que la Géorgie à Cardiff ?

Non, je ne vais pas vous le dire (rires).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *