Skip to content

Soccer. Coupe du monde 2022 : « Qu’est-ce que je peux avoir de mieux ? », says Man Stephan – Soccer

  • by



Vous êtes l’adjoint de Didier Deschamps depuis 2009. Êtes-vous la personne qui le connaît le mieux ?

C’est une complicité qui s’est affinée au fil du temps, qui avait déjà duré pendant trois ans à Marseille (2009-2012, ed.). Elle a continué, sans interruption, avec l’équipe de France. Une complicité qui s’est aussi affinée avec les épreuves : il y en a eu à Marseille, avec les Bleus. En 2013, il ya ce barrage contre l’Ukraine pour validare ou non la qualification à la Coupe du monde. On perd le match aller et si le retour ne se passe pas bien, on n’est pas there to debate aujourd’hui. Souvent, Didier dit qu’un regard suffit quand il parle de notre relation. Il a prolongé son contrat di lui (en décembre 2019 et jusqu’à cette Coupe du monde, ed.). Moi aussi automotive il voulait que je reste. Et puis il ya eu un peu de résultats…

Votre contract is terminated, pour l’prompt, on December 31, 2022.

C’est comme ça, c’est la vie. Des sélectionneurs ont été prolongés, d’autres non. Beaucoup ont été prolongés, quand même.

In 2018, on est champions du monde, on est au high. On aurait can say “au revoir, merci”. Mais pas une seconde ça ne nous a traversés l’esprit.

Vous ne pensez pas encore à l’après?

Not, personnellement not. Didier non plus d’ailleurs.

Vous n’avez jamais eu envie de quitter l’équipe de France ?

Non, mais ça aurait pu. In 2018, on est champions du monde, on est au high. On aurait can say “au revoir, merci”. Mais pas une seconde ça ne nous a traversé l’esprit.

Vous êtes entraîneur adjoint sans discontinuer depuis 2005 et une expérience avec Jean Tigana au Besiktas. Vous n’avez jamais voulu redevenir entraîneur principal ?

On me le dit typically. On me demande pourquoi je ne veux pas repartir comme numéro un. Je réponds que je suis avec un sélectionneur qui a tout gagné en tant que joueur et entraîneur. Que j’entraîne les meilleurs joueurs du monde, du moins les meilleurs Français. On est dans le très très haut niveau, il n’y a pas au-dessus. Qu’est-ce que je peux avoir de mieux ? Vraiment, qu’est-ce que je peux avoir de mieux ?

Pourquoi cette collaboration dure autant ?

Treize ans, ce n’est pas rien, c’est vrai. Ça dure parce qu’il ya des résultats, même si au dernier Euro, ça s’est moins bien passé. And since Didier écoute beaucoup, additionally. On échange énormément. Quand je donne mon avis sur un sujet, je donne mes arguments, et il les entend. On a beaucoup de discussions, beaucoup, beaucoup. Sur le foot, surtout. Sur les joueurs, la manière de les intégrer, sur le système de jeu, l’entraînement, la façon de préparer les matches… Ce sont de vrais échanges de employees. Je sais remark il va réagir. On peut avoir des désaccords, c’est déjà arrivé. Mais il ne faut pas que cela transpire devant les joueurs. That is essential.

Vous diriez que vous vous êtes trouvé dans ce rôle d’adjoint, avec le temps ?

En tout cas, je le vis bien. Avec Didier, je le vis bien. Certains préfèrent être numéro un en allant en dessous, dans des divisions inférieures. Vraiment, pour moi la query ne s’est pas posée.

Étiez-vous déjà proches en 2000 ?

On s’est connu en 2000, à l’Euro, successfully. He était capitaine de l’équipe, j’étais entraîneur adjoint de Roger Lemerre. Il n’y avait de complicité plus importan avec lui qu’avec d’autres joueurs. Chacun a pour suivi sa route, on s’est retrouvé en 2007. Lui veneit d’arrêter à la Juventus Turin, moi je revenais de Turquie et on s’est retrouvé sur Canal Plus. Lui pour le championnat français, moi pour l’Angleterre . Cela nous est arrivé de nous retrouver pour des réunions de consultants. Et c’est à ce moment-là qu’il m’a demandé si je voulais devenir son adjoint di lui. J’ai dit okay. C’était en 2008 et on n’avait pas encore de membership. C’est arrivé un an après avec Marseille.

Mon avenir, ce n’est pas un souci. À mon age, je ne vais pas me poser des questions.

Vous le considérez comme un ami aujourd’hui ?

C’est quelqu’un de très proche. Oui, ami. Je sais beaucoup sur lui, il sait beaucoup sur moi. C’est une grosse proximité.

Vous parlez de quoi en dehors du foot?

La politique, ce n’est pas son truc. Mais on parle beaucoup de foot quand même, il a beaucoup d’humour, j’en ai un peu aussi. On chambre, ca rigole bien. Le temps n’est pas lengthy, et heureusement.

Vous avez 66 ans. Vous avez toujours l’envie ?

Oui, j’ai envie, je suis déterminé. Aujourd’hui, mon avenir, ce n’est pas un souci. À mon age, je ne vais pas me poser des questions. Une bonne partie est derrière moi.

C’est quoi votre vie hors Clairefontaine ?

C’est beaucoup de matches, d’remark. Un petit peu de vie de famille tout de même. J’habite dans le Sud, vers Mougins, pas loin de Cannes. Didier est sur Monaco, il ya 45 minutes entre nous deux. Donc on se voit aussi en dehors de Clairefontaine (rires).

Toute l’actualité de la Coupe du monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *