Skip to content

«Le soccer illustre l’abandon des lessons populaires par les elites globalises»

  • by

ENTRETIEN – Writer of the e-book «Au cœur du grand déclassement, la fierté perdue de Peugeot-Sochaux», the journalist Jean-Baptiste Forray voit dans les critiques adressées à la Coupe du Monde 2022 the signe de la fracture between les «someplace» et les «wherever » (les gens de partout).

Journalist in La Gazette des Communes, Jean-Baptiste Forray is the writer of the livre-enquête Au cœur du grand déclassement, la fierté perdue de Peugeot-Sochaux (2022, ed. du Cerf).


LE FIGARO. – La Coupe du monde qui démarre est l’une des plus contestées de l’histoire. Derrière les critiques sur les situations d’organisation, faut-il y voit un ras-le-bol plus giant du « foot enterprise » sous sa forme la plus aboutie ?

Jean-Baptiste FORRAY. – Evidemment. This Coupe du monde va coûter 187 milliards d’euros, in opposition to 1,3 milliard pour la France en 1998. Entre le coût des locations et les stades high-tech, climatisés, qui pour certains seront démontés dans quelques mois, cet événement génère une jacquerie sans precedent.

The distinction is robust between Qatar and the 2 earlier organisateurs, Russia and Brazil, right here ont a vraie custom of soccer and a political histoire autre. Ce pays, embodies in quelque sorte the classification of the British essayist David Goodhart, ce sont des «wherever» en matière de soccer; en opposition aux «someplace», les supporters ancrés dans un territoire.

Ces dernières années, le foot français a été l’objet de nombreuses réformes, comme le passage à come d’une Ligue 1 de 20 à 18 golf equipment… Doit-on y voir une volonté de réserver l’élite à un lot de golf equipment plus «privileges» ?

Oui, c’est la tendence à l’œuvre depuis quelques années. However there are specific poles of resistance to those evolutionary belongings, embodied by the supporters. C’est la raison pour laquelle les cases tendent à tout prix de les contourners.

Par-delà la query du passage d’une Ligue 1 de 20 à 18 golf equipment, le fait majeur de ces quinze dernières années dans le championnat de France reste le rachat du PSG, qui peut d’une certaine manière ressembler à un Disneyland du foot . Le prix des locations a explosé, à l’picture du coût de la vie dans la capital. Dans son libre Les dépossédés, the essayist Christophe Guilluy raconte que dans un nombre croissant d’arrondissements de Paris, les lessons populaires ont été expulsées, comme elles ont été expulsées du Parc des Princes. Le tout, sans que sans que la mairie socialiste, ne trouve à redire. Aujourd’hui, on se rend au Parc des Princes comme on se rend à une partie de golf à Saint-Cloud ou à un live performance des Rolling Stones dans une loge premium. C’est devenu un spectacle globalisé.

Le PSG n’est pas le seul exemple de cette gentrification. David Peace, dans son roman Rouge ou mort, retrace l’histoire de Invoice Shankly, l’entraîneur mythique de Liverpool de 1959 à 1974, un ancien mineur, socialiste de cœur, qui disait : «Le soccer n’est pas une query de vie ou de mort, c’est beaucoup plus que ça». Le soccer était d’une certaine façon la faith laïque du prolétariat. In Liverpool, the prix des locations augmented by 1100% between the years 1990 and aujourd’hui. Comme à Paris, toute une inhabitants a été a été mise hors du jeu.

La Coupe du monde fait renaître chez beaucoup de gens la nostalgie du foot populaire. Ou du moins, du foot d’avant.

Jean-Baptiste Forray

In 1997, on the event of 1 / 4 closing of the Coupe d’Europe, the Liverpool kids Robbie Fowler and Steve McManaman ont exhibited a t-shirt en soutien aux dockers de leur ville en grève. FIFA sanctions them, anticipating that they won’t tolerate any political manifestations. En revanche, elle s’accommode très bien du «foot enterprise».

Ce déclin du foot populaire, en France, s’inscrit-il dans un cadre politique plus giant?

Oui, et elle s’incrit notamment dans un clivage territorial plus giant between les «someplace» et les «wherever». Le charme du foot français, comme ailleurs, c’est que les equipes fanion des petites villes peuvent tenir la dragée haute aux gros du championnat. C’est la potentielle victoire des sub-préfectures sur les métropoles, à l’picture du RC Lens, champion de France 1998, qui connaît un regain de forme cette season.

De ce level de vue, la Coupe du monde fait renaître chez beaucoup de gens la nostalgie du foot populaire. Ou du moins, du foot d’avant. Une forme de paradis perdu de l’enfance avec ces perdants magnifiques et ces folles épopées humaines, within the picture of the cells of the Verts in 1976.

En quoi le cas du FC Sochaux illustre-t-il cette evolution du soccer?

J’ai écrit mon livreAu cœur du grand déclassement, la fierté perdue de Peugeot-Sochaux après avoir entendu une déclaration de la director des partenariats de et du sponsoring de Peugeot interrogated after a VIP lodge at Roland-Garros sur le partenariat entre la marque au lion et le célèbre tournoi de tennis, en 2019. Quand un journaliste d’Europe 1 lui a demandé ce qui allait advenir du FC Sochaux-Montbéliard, elle lui a fait la réponse suivante : “Le soccer, c’est un sport qui ne va pas trop avec nos valeurs. Il véhicule des valeurs populaires, alors que nous, on essaie de monter en gamme».

This declaration dépasse le cadre du soccer et illustre l’abandon des lessons populaires par les élites globalisées. Les supporters de Sochaux, historiquement liés à Peugeot, sont ainsi traités comme une quantité negligeable. Ces propos laissent penser que les followers sentent sans doute trop l’huile de vidange pour les décideurs parisiens du groupe Peugeot. D’ailleurs, the model on the lâché le membership in 2014.

La critique du «foot enterprise» n’est-elle pas additionally ancienne que l’histoire du foot ?

Je pense, oui. Si on prend l’exemple de Sochaux, c’était un membership dirigé jadis par la famille Peugeot, une vieille famille protestant qui n’avait pas du tout la méfiance que peuvent avoir les catholiques vis-à-vis de l’argent. Le FC Sochaux a été à l’avant-garde de la professionnalisation du foot en France. From the 30 years, the joueurs ont commencé à être rémunérés pour leur sporting actions. Le membership était constitué de pléthore d’internationaux. C’était un peu les PSG de l’époque. Mais les sommes n’étaient évidemment pas les mêmes et les joueurs ressemblaient davantage au noyau dur de supporters dans leur perspective. On pouvait encore disputar avec eux après les entraînements.

When the grande équipe de Sochaux certified within the demi-finale of the Coupe d’Europe 1981, the équipe ressemblait aux salariés de Peugeot, aux ouvriers de la «Peuge». Il y avait en son sein le Yougoslave Salih Tsitso Durkalic, à l’picture de la diaspora yougoslave qui travaillait dans les ateliers de l’usine. L’augmentation des salaires a créé de la distance. Aujourd’hui, les joueurs sont aussi entourés d’une armée de communicants et d’avocats spécialisés dans l’optimisation fiscal ou dans le Royaume. On est loin des «prolos» du foot et de ce sport comme vecteur d’intégration.

À VOIR ALSO – Peugeot-Sochaux: l’histoire du déclin industriel français

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *