Skip to content

Rugby – Part Paloise : « I play rugby for feelings », the message of Vincent Pinto

  • by

Pas du tout. Bien sûr j’avais forcément des espoirs en tête et parmi eux le XV de France. Mais la suite de ma carrière a été un peu compliquée. J’ai été en manque de temps de jeu avec Pau. Et pendant cette période, Sam Marques m’a talké du projet portugais et de l’opportuné de se qualifier pour la Coupe du Monde. J’ai sauté sur l’event. Et maintenant, j’en suis…

Pas du tout. Bien sûr j’avais forcément des espoirs en tête et parmi eux le XV de France. Mais la suite de ma carrière a été un peu compliquée. J’ai été en manque de temps de jeu avec Pau. Et pendant cette période, Sam Marques m’a talké du projet portugais et de l’opportuné de se qualifier pour la Coupe du Monde. J’ai sauté sur l’event. Et maintenant, j’en suis là…

Cela fut-il difficile de renoncer au XV de France ?

Frankly not. I traversais une période un peu compliquée. Quand on ne joue pas, on n’a pas devisité. Une carriere c’est fragile. J’avais besoin de prendre du rythme : la sélection portugaise m’a donné cette opportunité l’an dernier. Et ça m’a bien relancé.

Avec cette qualification, vous avez vécu un incroyable second dans une carrière : ça, vous ne l’auriez pas vécu avec les Bleus.

I play rugby for feelings. Avec la Part j’ai connu une victoire à Clermont, la joie de s’imposer à La Rochelle. There, c’était encore démultiplié. Et puis cette qualification m’a fait du bien au ethical. Par le easy fait de rejouer après une blessure au pouce en début de saison au Supersevens qui m’a privé de temps de jeu. J’étais revenu à La Rochelle avec une grosse partie, j’ai enchaîné trois bons matches avec des victoires aussi. Je rentre gonflé à bloc. Ça renforce ma motivation. J’ai memento de ma préparation en 2019 pour le Mondial U20 : quand on se lève le matin, on a toujours cet objectif en tête. J’ai 7-8 mois pour me préparer comme un fou.

La redaction vous conseille

La redaction vous conseille

Alors que vous êtes en fin de contract avec la Part, cet objectif est-il aussi un trump ?

Je ne sais pas si ça donnera un élan à ma carrière. J’espere. En tout cas, ça motive forcément tous les matins à aller s’entraîner à la muscu ou l’entraînement. Une Coupe du monde ça fait rêver et ça ne peut que serve me.

L’enjeu c’est de switcher rapidement vers le quotidien ?

C’était dur les premières heures. Il faisait 35 degrés à Dubai, ici il pleuvait… Je dois me remettre dans le bain. Mais je n’ai pas de problème à m’entraîner dur. Et mentally je suis conditionné pour être à fond.

C’est un immense objectif qui se dresse devant vous…

Pays de Galles, Australia, Fiji, George. Que des beaux matches avec des nations qu’on n’a pas l’habitude de croiser. On a une poule relevée, on va vouloir montrer les qualités qu’on essaie de puttre en place with the workforce after a second. On a déjà fait des très bons matches face à des grandes nations : on a récemment fait match nul contre la Géorgie chez eux, là-bas on s’est aussi incliné d’un souffle. On a commencé à en parler avec Beka (Gorgadze), Papi (dze) additionally… Face à l’Italie on a additionally été à la hauteur. C’est encourageant. On kind d’un bon Tournoi B. Je pense qu’on va pouvoir rivaliser.

Après ce titre U20, y at-il eu une décompression, des tournants que vous n’avez pas su gérer ?

Je ne sais pas. Une carrière, ça se joue à rien. Je n’ai peut-être pas toujours eu de la likelihood. Après le titre U20 je jouais beaucoup mais le Covid a mis fin à la saison alors que j’étais à 14 matches. La saison d’après, j’ai des petits pépins mais je joue quand même dix matches. Ensuite le employees change, les cartes sont redistribuées. L’an dernier j’ai fait une saison sans me blesser, mentally ça m’a fait du bien. Maintenant je suis en fin de contract, je n’ai pas encore eu d’entretien. Tout est ouvert. on verra ce que l’avenir me réserve. Mais j’espère être fixé rapidement. L’incertitude n’est pas agréable.

Avant la qualification avec le Portugal, il ya eu cette victoire à La Rochelle avec un très bon match de votre half : la période pourrait-elle sonner comme un déclic pour vous ?

À Deflandre ce jour-là, je n’avais pas d’autre choix que de faire un bon match : je m’étais blessé au pouce, je revenais avant de repartir en sélection. Je me suis accroché, j’ai gratté un bon ballon, offensivement ça s’est bien passé. En plus on gagne. Ça m’a fait du bien. Il ya tout pour écrire une belle yr 2023. Il faut que ça bascule rapidement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *