Skip to content

The Coupe du Monde de soccer, a software of affect of Qatar

  • by

Jamais sans doute l’évènement-phare du sport mondial n’aura suscité autant de polemiques en raison de son pays-hôte. Analyze the ressorts of Qatari puissance throughout sports activities.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Le Qatar au heart de l’consideration planétaire: la 22 ème coupe du monde de soccer s’est ouverte hier dans l’émirat, une première pour un pays du Golfe. Jusqu’au 18 décembre, 32 équipes vont attempter se succéder à la France et soulever le trophée le plus populaire du sport mondial.

Pour cette édition, les enjeux vont bien au-delà du sport: this coupe du monde qatarie est sans doute la plus controversée de l’histoire. Entre les soupçons de corruption lors de son attribution en 2010, la building de stades climatisés dans le désert, véritable désastre écologique, et les situations de travail de milliers de migrants sur les chantiers des stades, le Qatar est montré du doigt.

Remark expliquer que le petit émirat ait misé sur le sport -et le foot en particulier- pour asseoir son affect géopolitique ? Éclairge avec Raphaël Le Magoariec, spécialiste de la géopolitique du Golfe, the vient de publier l’ouvrage « L’empire du Qatar, le nouveau maître du jeu ?», version Les Factors sur les I.

Entretien avec Raphaël Le Magoariec, spécialiste de la géopolitique du Golfe

Le Qatar cherche des secteurs, des domaines, qui ont une portée en termes d’affect afin de pouvoir diversifier ses relations et sortir de sa dépendance au secteur gazier ou au secteur pétrolier. Le Qatar va donc s’appuyer sur des domaines centraux de la globalization pour gagner en affect et pour enlarge sa floor, s’extraire aussi d’un environnement régional qui est fait de tensions.

Au cours des années 1990, des tensions répétées ont eu lieu en effet dans cette région, Doha fait donc le choix de s’en extraire en investissant dans un domaine comme le sport, un domaine d’affect. It was firstly of the last decade 2000 that he started réellement cette stratégie, et cette recherche d’un secteur porteur pour sa politique étrangère. Le Qatar, lui, est le pays le plus entreprenant en termes d’investissements du sport as software d’affect.

Par exemple, face au Qatar, il ya l’Émirat de Dubai, qui est dans une politique opposée de l’investissement du Qatar dans le sport. C’est-à-dire, pour Dubai, le sport est un vecteur économique, tandis que pour le Qatar, c’est un vecteur d’affect avant tout. Il faut bien comprendre que pour le Qatar, investir dans le sport c’est comme investir dans le milieu de la défense et c’est pourquoi parfois les sommes peuvent apparaître démentielles pour un public européen.

On one might usually perceive that the Emirat of Qatar doesn’t go for sporting custom or soccer custom, however actually, it is a cliché…

En fait, c’est la décennie 1990 qui casse la dynamique qu’avait cette custom sportive au Qatar. Depuis l’Europe, on a l’impression que ce pays n’a pas de custom sportive. Dans les années 1990, le grand père de l’actuel émir, l’émir Khalifa, avec son ministre de l’Éducation qui gérait la partie sportive, va développer un projet sportif pour structurer sa société et pour développer un semblant de nationalisme autour de the determine of the emir. Il faut bien comprendre qu’à ce moment-là, l’émirat du Qatar est dans un contexte d’indépendance où il faut développer, structurer la politique intérieure de l’émirat. And sports activities will contribute to this construction.

C’est à ce moment-là qu’on voit «la génération dorée» du soccer qatarien qui apparaît au début de la décennie 1980, avec notamment un premier exploit qui est d’atteindre la ultimate de la Coupe du monde espoirs en 1981 contre la République Fédérale d’Allemagne, après avoir battu notamment le Brésil et l’Angleterre. In the middle of these many years, they’ll proceed to shine, even when Qatar won’t ever be jamais within the Coupe du monde, contrairement au Koweït or aux Arab Emirates. Dans ces années-là, il ya vraiment une sporting custom qui apparaît.

“Pour le Qatar, investir dans le sport c’est comme investir dans le milieu de la défense”

Sur un plan footballistique, the Qatar belong to the Confédération asiatique et donc belong to a une confédération qui n’est pas centrale au sein du foot mondial. Ce qui fait que la custom sportive a moins de place pour s’exprimer sur la scène internationale, contrairement par exemple aux équipes européennes qui, elles, ont toujours eu une grande place au sein des Coupes du Monde. Voilà pourquoi on a l’impression, vu d’Europe, que ce pays n’a pas de custom sportive.

Remark le soccer en particulier a t-il été mis au service du nationalisme qatarien ?

There’s a sentiment that le pouvoir souhaite toujours à structurer et cette Coupe du monde participe à donner ce sentiment de fierté nationale, toujours autour de la determine dominant de l’émir. C’est l’émir quioffer cette Coupe du monde à sa société di lui et qui place le Qatar au sein même de l’échiquier mondial.

Quelle que soit l’situation de cette Coupe du monde de soccer, peut-on dire que Doha a déjà pris un temps d’avance dans la géopolitique régionale par rapport à ses voisins ?

On peut dire que Doha a réussi, as a result of qu’il ne faut jamais perdre de vue que ce que Doha recherche avant tout, ce n’est pas l’picture, mais c’est l’affect grâce à l’investissement dans le sport et dans l’industrie du sportmundial. Le Qatar est toujours en recherche de cette affect et de cette légitimité auprès des puissants acteurs du sport mondial.

Dans ce contexte Doha a pris un temps d’avance parce qu’il a développé depuis maintenant deux décennies, de manière très offensive, une politique dans ce domaine et est très bien placé aujourd’hui, bien que son picture en Occident soit en grande unfavorable elements. Le Qatar a réussi son pari de peser sur les sphères du pouvoir et sur les sphères qui, en fin de compte, font le monde d’aujourd’hui.

Faut-il craindre que la Coupe du monde une fois achevée, plus personne ne s’intéresse au Qatar et notamment aux situations de vie des travailleurs étrangers ?

En fait, le risque, c’est qu’il y ait l’effet Coupe du monde, l’effet buzz du second et que ça retombe après. Ce serait dramatique parce qu’après la Coupe du monde, le Qatar va continuar à se développer et à construire son pays. Il faut bien voir que le Qatar, depuis deux décennies, est un immense chantier, il ya des constructions en permanence nuit et jour et donc cela ne va pas forcément cesser avec la Coupe du monde.

C’est pourquoi il est vital de continuer la pression, même au-delà de la Coupe du monde. Le risque est qu’il y ait un effet boomerang et qu’après cette Coupe du monde, il y ait moins d’intérêt porté au Qatar et au kind des travailleurs étrangers qui y vivent. Pour cela, les NGOs vont continuer à faire leur travail there-bas et continueront à faire cette pression. The faudra que les médias soient aussi toujours présents autour de cette query et le illuminare, pour éviter le fait que ces ouvriers retombent dans l’ombre et vivent toujours dans ce similar situations, en grande partie inhumaines.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *